Dernières nouvelles
Accueil / Dijon and Co / 2020 – 04 VIDEOS ET 89 PHOTOS / 14 JUILLET 2020 UNE PENSEE EMUE ET UN HOMMAGE POUR LE COLONEL CHARLES FLAMAND, CE GRAND HOMME…ET POUR TOUS LES MILITAIRES…

2020 – 04 VIDEOS ET 89 PHOTOS / 14 JUILLET 2020 UNE PENSEE EMUE ET UN HOMMAGE POUR LE COLONEL CHARLES FLAMAND, CE GRAND HOMME…ET POUR TOUS LES MILITAIRES…

2020 – 04 VIDEOS ET 89 PHOTOS / 14 JUILLET 2020 UNE PENSEE EMUE ET UN HOMMAGE POUR LE COLONEL CHARLES FLAMAND, CE GRAND HOMME…ET POUR TOUS LES MILITAIRES…

2020 – 04 VIDEOS ET 89 PHOTOS / 14 JUILLET 2020 UNE PENSEE EMUE ET UN HOMMAGE POUR LE COLONEL CHARLES FLAMAND, CE GRAND HOMME…ET POUR TOUS LES MILITAIRES…

C’est lors de la cérémonie du 11 novembre 2018 que j’ai eu le privilège de rencontrer un GRAND HOMME, hors du commun, une occasion que l’on a que très peu de chance d’avoir dans une carrière de journaliste-reporter.

Ce MONSIEUR, était une mémoire vivante de la guerre, il avait 97 ans, vous pourrez le voir dans la vidéo. Ses souvenirs étaient encore très présents.

Je ne pourrais pas vous relater cette interview tellement c’était hors normes,hors du temps et impressionnant…mais juste vous laisser la découvrir…

Il a écrit un livre, « Pour Rester Libre…1939/1945 Maréchal, me Voilà ! » qu’il faut avoir dans sa bibliothèque…

Il n’a pas été facile de filmer la cérémonie du Colonel Charles Flamand tant l’émotion était grande du début à la fin et c’est les yeux remplis de larmes que j’ai réalisé ce reportage. C’est à la demande de ses proches que je l’ai fait…pour garder un souvenir des hommages pour ce GRAND HOMME…

Je remercie le maire, Jean-Michel Verpillot, Daniel Collard mais aussi toutes les personnes qui ont eu la gentillesse de m’aider à réaliser ce reportage important pour le droit de mémoire…

Je voulais aussi rendre hommage à cette GRANDE FAMILLE DE MILITAIRES dont j’ai eu la chance et l’honneur de faire partie pendant 16 ans pour servir ma patrie et mon drapeau…

Je voudrais avoir une pensée non seulement pour le Colonel mais pour tous ceux qui ont donné leurs vies pour la LIBERTE…

Voici le lien pour l’album photos gratuit :

https://public.joomeo.com/albums/5f0dd4754919449

Vous pouvez retrouver tous les autres albums photos du blog gratuitement en suivant le lien : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums

1ERE VIDEO / INTERVIEW DE CHARLES FLAMAND / 11 NOVEMBRE 2018

2EME VIDEO / INTERVIEW DE CHARLES FLAMAND ET DANIEL COLLARD / 11 NOVEMBRE 2018

3EME VIDEO / LA CEREMONIE / 10 MAI 2019

4EME VIDEO / LE 08 MAI 2020

Hommage de Jean-Michel Verpillot, maire de Marsannay-la-Côte

J’ai tenu à rendre hommage au Colonel Charles Flamand, décédé le samedi 4 mai 2019.

Habitant de Marsannay jusqu’en 2007, il résidait depuis lors dans la région d’Epernay (Marne), et se rendait souvent dans sa maison du petit village d’Aujeurres (Haute-Marne), proche de Colombey-les-Deux-Eglises.

Patara de cœur, connu de beaucoup, respecté et apprécié de tous, il aimait chaque année revenir à Marsannay célébrer les commémorations nationales, retrouver ses amis et participer aux repas des anciens combattants.

Il était l’un des derniers grands résistants des Forces aériennes françaises libres et a toujours voulu témoigner de son expérience, en particulier vers la jeunesse.

En 1938, à 17 ans, Charles Flamand quitte sa famille et sa ville natale de Dijon pour rentrer à l’école des mécaniciens de l’armée de l’Air de Rochefort. En juin 1940, c’est la débâcle. Il fera tout pour ne pas être prisonnier et cherche à rejoindre sa Base aérienne de Caen-Carpiquet : il découvre une base morte et vide de moyens organisés.

Après un périple aventureux, il se rend à la base de Saint Jean d’Angély en Charente Maritime où il rencontre le capitaine Goumin : ils seront quatorze à s’embarquer à bord d’un Farmann 222-2 Altaïr pour rejoindre la Grande Bretagne, deux jours après l’Appel du 18 juin du général Charles De Gaulle. Arrivé à la base aérienne de Saint Athan au Pays de Galles, Charles Flamand y rencontre le général De Gaulle, aux ordres duquel il se range.

Cela va conduire le jeune sous-officier membre des FAFL (forces aériennes françaises libres, condamnées à mort par le gouvernement vichyste) dans un long périple en Afrique (Gabon, Congo, Nigéria…), où il vivra toutes ces batailles« sur de nombreuses opérations notamment » Koufra en Lybie, l’Erythrée, la Syrie, puis la campagne d’Italie jusqu’au débarquement en Provence.

Charles Flamand a relaté son expérience et ses souvenirs de cette période d’histoire du 20e siècle dans son livre : Pour Rester Libre… 1939/1945 Maréchal, me Voilà !

« Livre qui n’a pas d’autre ambition que d’apporter une aide pédagogique à ceux qui ont mission d’enseigner et qui auraient une vue trop restrictive de ce que fut la Résistance des premières heures. » (extraits)

A la fin de la deuxième guerre mondiale, Charles Flamand continuera à servir dans l’Armée de l’air.

Le colonel Flamand a reçu de très nombreuses décorations dont la Croix de Guerre 1939/1945, la Médaille de la résistance. Il était Commandeur de la Légion d’honneur, décoration lui ayant été attribuée par Charles de Gaulle, puis élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d’honneur en 2015 par le Président de la République François Hollande.

Charles Flamand, homme de conviction, europhile, grand patriote et figure de l’Armée de l’air, a vu toute une vie d’engagement donnée en exemple au nom de la Nation.

Hommage de Daniel Collard – Porte-drapeaux des anciens combattants – Marsannay-La-Côte

Un souvenir de Charles Flamand

Dès de notre première rencontre, le 11 Novembre 2015, l’apparente fragilité de ce Monsieur de 93 ans s’effaça avec ces mots « Ne pas subir », titre de son autobiographie1 décrivant la détermination, et le parcours d’un dijonnais de 19 ans, devenu « Français Libre » dès juin 1940. Cet ouvrage me rappela le Moyen-Orient et ma propre fréquentation, fin des années 90, des puissants Boeings ravitailleurs de l’Escadron « Bretagne ». Charles Flamand était le dernier survivant des fondateurs de cette extraordinaire unité aérienne militaire. Dans ces années héroïques, le danger était permanent. Pour la survie des équipages et les enjeux de souveraineté nationale, les incontournables règles de l’Air s’appliquaient déjà avec leur indispensable rigueur. En apprenant l’extraordinaire destin de cet homme, je découvrais aussi, au cours d’échanges plus personnels, sa profonde humanité.

Fils d’un pilote de la 1ère guerre mondiale, son attachement aux valeurs de la République ne se discutait pas. Il s’efforçait de les transmettre aux jeunes générations. Certes, il songeait, avec affection, aux équipages du Bretagne, à leurs missions sur avions Marauder, puis ultérieurement sur Mirage IV, KC 135 et désormais sur le fascinant MRTT2 Phénix. Mais il observait avec inquiétude et lucidité les fractures de notre corps social. Il voulait y répondre par l’éducation des plus jeunes et le refus des querelles partisanes. Sans chercher à valoriser un destin personnel, je retiens sa volonté de raviver le souvenir d’un camarade de combats, en outre pour des faits d’armes hors du commun, mais surtout parce que, dans le monde de souffrances impitoyables de cette seconde guerre mondiale, celui-ci savait commander avec humanité. Et Charles voulait offrir cet exemple, dans le contexte du traditionnel parrainage des promotions, aux jeunes élèves officiers en formation à Salon de Provence.

Par un clin d’œil du destin, pour mon « année » dans cette Ecole3, cette figure de référence, le Cdt Goumin, était le pilote qui, le 20 juin 1940, amena Charles Flamand et quelques autres, poursuivre le combat avec la RAF sous la bannière du général De Gaulle. Ce voyage vers la Grande-Bretagne, à bord d’un avion décollé sans autorisation, donc volé, concluait une épopée de Dijon à Rochefort, via Rennes et Caen, où dans un pays en déroute, le danger venait des deux camps. L’ennemi était allemand mais le commandement de l’époque, acceptant l’arrêt des combats, livrait parfois des prisonniers. Peu après ce départ, le gouvernement de Vichy condamnait à mort ce dijonnais, né Rue Verrerie.

Après avoir signé, avec les Français Libres, un engagement pour la durée de la guerre, le jeune mécanicien se retrouve à El Alamein, devenant avec les FAFL4, un de ceux qui rendent son honneur à la France. Il combattra en Afrique noire (Gabon, Cameroun…) puis au Moyen Orient, où il assistera avec horreur à l’accident aérien mortel de son ami et camarade de combat, Pierre Grillet. Qualifié radionavigateur, au Centre de formation du personnel navigant à Bangui, ce combattant en croisera d’autres dont l’illustre Romain Gary. Après la campagne d’Italie, il participera en août 1944 au débarquement de Provence. En octobre, revenu brièvement à Dijon, enfin libérée, ce sous-lieutenant découvre avec incompréhension, dans le couloir de la maison familiale, le portrait de Pétain. Entrevue glaciale avec la famille, puis poursuite de la lutte, dont la campagne des Ardennes, jusqu’à la chute du régime nazi en mai 1945.

Pour ce jeune officier, avide d’aéronautique, l’Armée de l’Air restait une évidence, déjà connue avant guerre à l’Ecole des mécaniciens de Rochefort sur Mer. Désormais commandant de bord, il poursuit cette carrière, dans le douloureux contexte de la décolonisation, en Indochine et Algérie. Le vol cède un peu la place à la planification des opérations. Loin du confort feutré d’un Etat-major, on le retrouve alors sur des lignes de front pour coordonner l’appui aérien des forces terrestres et prévenir le drame des tirs fratricides. Devenu colonel, ce cadre nommé au feu deviendra officier adjoint, sur la BA 102, dans cette Bourgogne qu’il aimait tant, lors du tournage des « Chevaliers du ciel ». Mais n’imaginons pas un régisseur de spectacles. Pendant les tournages, les missions continuaient. La base comptait trois escadrons de combat. Le Mirage III commençait son prestigieux destin avec celui, plus discret, du centre national de formation des contrôleurs aériens. Le troisième officier de cette organisation à environ 1500 personnes n’était pas un paisible bureaucrate. Redevenu civil, fort de son expérience aéronautique, il rejoint l’Aérospatiale, lointain ancêtre d’Airbus industries.

Charles Flamand restera jusqu’à la fin de sa vie un acteur déterminé du monde combattant, principalement dans sa commune de Marsannay La Côte. Fidèle inconditionnel de l’Armée de l’Air, il portait avec fierté la Grand-Croix de la légion d’honneur remise, à l’Élysée, par le Président de la République. En novembre 2018, à Reims, lors de l’inauguration du monument aux Héros de l’Armée Noire, il eut, avec le Président Macron, un long échange dont l’intensité impressionna les personnes présentes.

Sans avoir vécu cet événement, il résume ma perception du Colonel Charles Flamand. Un homme d’honneur aux convictions affirmées, défenseur acharné des valeurs d’une République qu’il avait aidé à remettre sur pied. Je garde une impression de gentillesse, de générosité et de sympathie. En dépit des aléas de l’âge, il demeurait clairvoyant et intellectuellement brillant, surtout pour les sujets d’aéronautique. Pour moi, la frêle silhouette du monsieur de 97 ans abritait l’enthousiasme d’un jeune aviateur de 20 ans, l’expérience opérationnelle que confèrent des milliers d’heures de vol ainsi que la sagesse de celui qui, sans perdre son âme dans de vaines querelles, a vécu et survécu.

En repensant à ces dernières années, je me considère particulièrement privilégié de la rencontre d’une telle personnalité. Nous ne l’oublierons pas.

1 « Ne pas subir, Maréchal me voilà » par Charles Flamand, 400 pages, ouvrage disponible sur demande

2 MRTT Phénix avion Airbus A330 Multi Rôles Tanker Transport, opéré par l’Armée de l’Air française

3 L’Ecole de l’Air implantée sur la BA 701 de Salon de Provence forme les officiers de l’Armée de l’air

4 FAFL Forces Aériennes Françaises Libres

Voici le lien pour l’album photos gratuit :

https://public.joomeo.com/albums/5f0dd4754919449

Vous pouvez retrouver tous les autres albums photos du blog gratuitement en suivant le lien : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums

QUELQUES INFORMATIONS UTILES :

Comme on me pose souvent les questions, voici quelques réponses…contrairement à mes amis journalistes ou journaleux, je fais ces articles en tant que bénévole car je n’ai ni subventions, ni trésorerie. Je suis journaliste-reporter officielle de l’agence de presse WPA-New York car je ne peux pas avoir de carte de presse en France car je ne vis pas de mon travail et que je ne fais pas payer mes articles. Vous pouvez me contacter par téléphone au: 07.82.38.59.96 – par mail : sylvie.gaudel@journalist-wpa.com

** La nouvelle adresse : Blog Beaune et Ailleurs – Maison des Associations – BOITE G 8 – 2 rue des Corroyeurs – 21000 DIJON

***Vous pouvez retrouver mes reportages :

– Mes reportages sur mon blog : http://beaune-et-ailleurs.fr/

– Mes vidéos : sur ma chaîne YouTube Beaune et ailleurs* à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/channel/UCnr3x7mViq31mRz6h-pPlPg?view_as=subscriber

– Mes pages Facebook : https://www.facebook.com/desnouvellesdebeaune/ ou https://www.facebook.com/Beaune-et-Ailleurs

– Mes albums : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums

****Vous pouvez aussi me retrouver sur Instagram, LinkedIn et Twitter…

À propos Sylvie GAUDEL-JARDOT

QUELQUES INFORMATIONS UTILES : Comme on me pose souvent les questions, voici quelques réponses...contrairement à mes amis journalistes ou journaleux, je fais ces articles en tant que bénévole car je n'ai ni subventions, ni trésorerie. Je suis journaliste-reporter officielle de l’agence de presse WPA-New York car je ne peux pas avoir de carte de presse en France car je ne vis pas de mon travail et que je ne fais pas payer mes articles. Vous pouvez me contacter par téléphone au: 07.82.38.59.96 – par mail : sylvie.gaudel@journalist-wpa.com Vous pouvez retrouver mes reportages : - Sur mon blog : www.beaune-et-ailleurs.fr - Mes vidéos : sur ma chaîne YouTube Beaune et ailleurs* à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/channel/UCnr3x7mViq31mRz6h-pPlPg?view_as=subscriber de la page Facebook : https://www.facebook.com/desnouvellesdebeaune/ ou https://www.facebook.com/Beaune-et-Ailleurs - Mes albums : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums **Vous pouvez aussi me retrouver sur Instagram, LinkedIn et Twitter...

Ca peut vous intéresser

2020 / 04 VIDEOS DU POINT PRESSE LE VENDREDI 13 NOVEMBRE 2020...LE PIC N'EST PAS ATTEINT ET POURTANT 267 DECES EN UNE SEMAINE ET 120% DES CAPACITES HOSPITALIERES DE LA REGION SONT OCCUPEES PAR DES PATIENTS COVID...

2020 / 04 VIDEOS DU POINT PRESSE LE VENDREDI 13 NOVEMBRE 2020…LE PIC N’EST PAS ATTEINT ET POURTANT 267 DECES EN UNE SEMAINE ET 120% DES CAPACITES HOSPITALIERES DE LA REGION SONT OCCUPEES PAR DES PATIENTS COVID…

Le préfet, Fabien Sudry fait un rappel, en France, 01 décès sur 04 est lié au COVID. La situation sanitaire est très difficile mais le pic de l'épidémie de cette 2ème vague n'est pas atteint. Le système de soin est sous grande tension, 120% des capacités hospitalières de la région sont occupées par des patients COVID... A l'issue de l'intervention du préfet, c'est Jean-François Chanet, recteur de la région académique, Chancelier des universités qui a fait le point sur sa région suivi de Nathalie Albert Moretti, rectrice de l'Académie de Dijon. Voici les chiffres de l'Académie de Dijon  : seulement 15 lycées de Côte d'or ont transmis leur plan de continuité pédagogique. Le bilan au 12 novembre fait état de 346 cas déclarés de COVID confirmé dont 91 dans le 1er degré et 255 dans le second. Il faut noter 49 cas au sein des personnels de l'éducation nationale et enfin 1138 élèves en éviction pour cas contact. A ce jour, il y a un manque d’informations non transmises par les parents au sujet des élèves en cas de contamination. C'est enfin Pierre Pribile, directeur général de l'ARS Bourgogne Franche Comté de prendre la parole. Notre région est au 2ème rang au niveau national la plus impactée après Auvergne Rhône Alpes. Tous les chiffres cités vous pouvez les retrouver sur le site de Santé Publique France... A l’hôpital, il y a par jour 130 entrées de patients atteints du COVID et 20 en réanimation. Au 13 novembre 2020, 1751 personnes sont hospitalisées soit plus 370 par rapport au pic de la première vague et 235 en réanimation...Depuis Octobre, il y a eu 159 transferts dont 100 de médecine et 59 de réanimation dans la région et depuis hier 8 vers Nancy et Strasbourg. Cette vague est violente. On déplore dans la région depuis le début 1501 décès en hôpital et 833 en EHPAD. Depuis la semaine dernière, 267 personnes sont décédées 172 en hôpital et 95 en EHPAD... Je vous laisse découvrir toutes les infos dans les 04 vidéos de ce reportage... 1ERE VIDEO / Intervention du préfet, Fabien Sudry, 2EME VIDEO / Intervention de Jean-François Chanet, recteur de la région académique, chancelier des universités de Nathalie Albert Moretti, rectrice de l'Académie de Dijon 3EME VIDEO / Intervention de Pierre Pribile, directeur général de l'ARS Bourgogne Franche Comté 4EME VIDEO / Questions des journalistes... Je tenais à avoir une pensée émue pour toutes ces familles endeuillées ainsi que pour tous les personnels soignants et autres des différents établissements pour leur dévouement et en particulier en F1 (ce qui me touche personnellement..)...Il n'y a pas si longtemps, tout le monde applaudissait à 20 heures... RAPPEL COMME CHAQUE SEMAINE : Il faut que chacun se responsabilise et cela n'arrive pas qu'aux autres. Il ne faut pas attendre que des membres de votre entourage familial ou autres soient malades, cas contacts ou porteurs pour en prendre conscience. Tous les âges sont concernés...Plus vite vous ferez attention, plus vite on arrivera à voir un avenir meilleur... Je vous laisse découvrir les 04 vidéos de ce point presse... Vous pouvez retrouver tous les autres albums photos du blog en suivant le lien : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums QUELQUES INFORMATIONS UTILES : Comme on me pose souvent les questions, voici quelques réponses...contrairement à mes amis journalistes ou journaleux, je fais ces articles en tant que bénévole car je n'ai ni subventions, ni trésorerie. Je suis journaliste-reporter officielle de l’agence de presse WPA-New York car je ne peux pas avoir de carte de presse en France car je ne vis pas de mon travail et que je ne fais pas payer mes articles. Vous pouvez me contacter par téléphone au: 07.82.38.59.96 – par mail : sylvie.gaudel@journalist-wpa.com ** La nouvelle adresse : Blog Beaune et Ailleurs – Maison des Associations - BOITE G 8 – 2 rue des Corroyeurs – 21000 DIJON ***Vous pouvez retrouver mes reportages : - Mes reportages sur mon blog : http://beaune-et-ailleurs.fr/ - Mes vidéos : sur ma chaîne YouTube Beaune et ailleurs* à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/channel/UCnr3x7mViq31mRz6h-pPlPg?view_as=subscriber - Mes pages Facebook : https://www.facebook.com/desnouvellesdebeaune/ ou https://www.facebook.com/Beaune-et-Ailleurs - Mes albums : https://public.joomeo.com/users/sgaudel/albums ****Vous pouvez aussi me retrouver sur Instagram, LinkedIn et Twitter...